Avec ou sans voile, toutes égales !

Communiqué de soutien

Lutte contre le racisme


Le tollé politico-médiatique suscité par la condamnation de la Stib pour avoir refusé l’embauche d’une femme portant le foulard a déjà des conséquences très concrètes et inacceptables pour des milliers de femmes qui, en Belgique, souffrent quotidiennement des discriminations sexistes et raciales qui leur sont faites parce qu’elles sont des femmes musulmanes.


Logo VF 2021Vie Féminine tient à marquer son entière solidarité avec la plaignante, et continue à défendre avec force le droit de toutes les femmes à disposer de leur corps, sans que l’exercice de ce droit ne conditionne leur accès à l’emploi, aux études ou à l’espace public.

En tant que mouvement féministe de terrain, nous défendons évidemment un accès à une réelle autonomie économique et les mêmes droits pour toutes.

En ressurgissant régulièrement dans un contexte de montée de l’extrême droite et où les violences sexistes et racistes ne sont plus à démontrer, ce débat fait passer un message choquant et dangereux à plusieurs égards sous couvert de la défense du principe de « neutralité de l’Etat » ou de « l’émancipation des femmes ».

La neutralité d’apparence des agents des services publics serait-elle donc plus importante que la neutralité de traitement que l’Etat doit à ces mêmes agents, et que ces derniers doivent au public ? Une femme voilée à un guichet ou au volant d’un transport public serait donc plus dangereuse que les attitudes sexistes et racistes de certains agents qui, elles, sont loin de susciter une telle indignation politique, allant même jusqu’à menacer la stabilité d’un gouvernement ?
Les femmes portant le foulard représenteraient, par leur simple présence, une violence symbolique inacceptable envers les usagers-ères des services publics alors que, tous les jours, ce sont elles qui sont exposées à des agressions verbales ou physiques parce que leur foulard les renvoie à une vision stéréotypée et néo-colonialiste de femmes « soumises » ou « intégristes prosélytes ».

Mais nous ne sommes pas dupes, et nous le répèterons autant que nécessaire : nous refusons que nos droits et nos combats soient instrumentalisés à des fins racistes pour stigmatiser et discriminer celles qui portent le foulard et pour justifier ce qui est, en pratique, un énième renforcement du contrôle sur nos corps et un moyen de nous diviser.

Nous ne pouvons pas accepter que le gouvernement bruxellois impose l’interdiction du port de signes que certains nomment « convictionnels » par les agents des services publics. Nous voulons des priorités politiques recentrées sur les besoins de toutes les femmes avec, notamment, des emplois et des services publics accessibles à toutes, et la mise en place réelle de politiques de lutte contre toutes les formes de violences machistes, omniprésentes dans l’espace public comme dans l’espace privé.

L’émancipation des unes ne saurait se faire aux dépens de l’émancipation de toutes.

Contact : communication@viefeminine.be

PDF - 399.1 ko


Nous avons besoin de votre soutien