logo home

Accueil > Présentation > Nos thématiques > Pour les droits des femmes ! > Permanences juridiques : Droit des femmes

Divorce - Violences conjugales - Droit de séjour - Regroupement familial - Droit d’asile - Accès au travail - Accès à l’aide sociale - Nationalité - Droit de la famille - Logement - Droit de la santé - Pensions alimentaires - etc.

Demandez conseil gratuitement auprès de notre avocate ou de notre juriste.

Pour prendre rendez-vous :

- Tournai, Leuze : 056/33.41.27
- Mouscron : 056/33.41.27 ou 069/35.39.01
- Charleroi, Farciennes, Gosselies, Fleurus, Thuin : 0470/25.47.70
- Haine Saint Pierre, Mons Borinage, Manage, Soignies : 065/37.26.80
- Ans : 04/246.57.19
- Herstal : 0493/08.18.65
- Liège : 04/222.01.71
- Ourthe-Amblève : 04/263.23.50
- Seraing : 04/736.17.82
- Soumagne : 04/246.57.19
- Stavelot, Malmédy : 087/33.02.47
- Verviers : 087/33.02.47

POURQUOI DES PERMANENCES JURIDIQUES ?
« J’ai été chez le juge de paix, et tout le monde avait un avocat sauf moi, alors qu’il ne faut pas obligatoirement en avoir un. Ils passaient tous devant moi, et on ne m’a a pas laissé parler. Cette situation s’est répétée trois fois. On ne me regardait même pas, je me sentais rejetée. »
Trop souvent, les femmes se retrouvent démunies face à un système institutionnel dont elles ne maitrisent ni les procédures, ni le langage, ni les codes. Procédure de divorce, introduction d’une demande d’asile, partage d’une garde d’enfants, violences conjugales sont autant de situations où les femmes affrontent seules le système judiciaire qui s’apparente alors plus à un parcours du combattant qu’à une procédure simple et claire. Mal informées, pas écoutées ou très peu aidées, certaines femmes préfèrent alors renoncer à leurs droits aggravant leur situation ou celle de leur famille.
Les femmes migrantes, en plus de la méconnaissance du contexte belge, font quant à elles face à des difficultés supplémentaires inhérentes à leur statut : barrière de la langue, discriminations, désinformations, racisme…
CE QUE NOUS PROPOSONS
Pour répondre à ces besoins et permettre à toutes les femmes de faire valoir leurs droits, Vie Féminine a décidé de mettre sur pied des PERMANENCES JURIDIQUES INDIVIDUELLES GRATUITES afin de permettre aux femmes (primo-arrivantes ou non) de trouver une aide adaptée à leurs besoins. Ainsi, elles pourront y avoir des réponses à leurs questions en matière d’aide sociale, de logement, d’accès au travail, de droit familial, de droit de séjour, de droit d’asile, de regroupement familial, de nationalité…
POURQUOI TRAVAILLER EN NON-MIXITÉ ?
« Pour offrir aux femmes des espaces d’expression libre où elles échangent sans censure et autocensure sur leurs réalités de vie, leurs difficultés, leurs vécus de femmes. »
Ces permanences juridiques s’inscrivent directement dans la lignée de notre travail global d’éducation permanente en non-mixité.
Particulièrement dans le domaine de la justice, il est essentiel que les femmes puissent être entendues seules (sans conjoint, ni famille) par des juristes sensibilisées, outillées et au fait des enjeux spécifiques que ces femmes peuvent vivre (violences conjugales, regroupement familial compliqué,..).
Organiser des permanences juridiques uniquement destinées aux femmes n’est donc pas anodin car travailler en non-mixité permet de libérer une autre parole. Une parole qu’on n’aurait pas osé dire lors d’un entretien familial au CGRA, devant un policier masculin ou à son propriétaire peu scrupuleux…
Nos permanences juridiques se veulent donc complémentaires au travail social qu’effectuent déjà de nombreux acteurs du secteur.