logo home

Autres articles dans cette rubrique

recherche

Accueil > Positions > Analyses > 2019 > Extrême droite : une ombre brune sur les droits des femmes

Par Mathilde Dorcadie, Manon Legrand et la rédaction

En Belgique, à l’issue des élections du 26 mai dernier, le parti d’extrême droite Vlaams Belang est devenu le deuxième parti flamand (18 % des suffrages) après la N-VA (26 %). Héritier du Vlaams Blok, dissous en 2004, le Vlaams Belang (VB) prône l’indépendance de la Flandre et brandit des valeurs traditionnelles, nationalistes, anti-immigration et sécuritaires. Quant aux femmes, si elles ne figurent quasiment pas dans son programme, elles sont priées de rester à leur place, « complémentaire » à celle des hommes : le rôle de mère au foyer reste l’idéal. Au cœur de l’été, alors que les négociations pour la formation des gouvernements au niveau fédéral et régional étaient en cours, nous nous sommes penchées sur les risques que le VB fait courir aux femmes. Car, une fois au pouvoir, les partis tels que le VB font de réels dégâts et remettent en question des droits que l’on croyait acquis : reportage au Brésil, sous la présidence ultraconservatrice de Jair Bolsonaro, où une femme, Damares Alves, est devenue ministre de la Femme, de la Famille et des Droits humains. Pour elle, « les femmes sont nées pour être mères et pour s’occuper du foyer », et le programme politique qu’elle met en œuvre est au service de cette mission. La messe est-elle dite ? Pas pour les féministes, bien décidées à résister, en Belgique, au Brésil et ailleurs…

À découvrir en ligne !

axelle magazine
111, rue de la Poste - 1030 Bruxelles
Tel : 0032 2 227 13 19
axellemag@viefeminine.be
www.axellemag.be