logo home

La Plate-forme Féministe Socioéconomique a envoyé ce 27 mai 2015 une lettre ouverte aux membres du comité de gestion de l’ONEm : elle leur demande de ne pas réduire davantage l’Allocation de Garantie de Revenus (AGR) pour le travail involontaire à temps partiel comme cela est prévu dans la déclaration de politique générale du gouvernement fédéral.

Le travail à temps partiel involontaire est fréquent dans des secteurs entiers du marché du travail, tels que la grande distribution, le nettoyage, les titres-services... Ce sont des secteurs dans lesquels sont employées principalement des femmes. Les horaires de travail flexibles et variables y rendent la combinaison avec un autre emploi à temps partiel impossible.

L’allocation de garantie de revenus pour le travail involontaire à temps partiel a déjà été révisée à la baisse avec la réintroduction de la situation familiale dans son calcul ainsi qu’avec la dégressivité accrue des allocations de chômage qui s’applique ici aussi.

Une diminution supplémentaire de l’allocation de garantie de revenus pousserait dans la pauvreté des femmes ayant déjà peu de revenus et augmenterait les inégalités entre les femmes et les hommes. Cela est donc contraire aux engagements du gouvernement en matière de gendermainstreaming.

Retrouvez le courrier et le communiqué de presse l’accompagnant ici.