logo home

Autres articles dans cette rubrique

recherche

Accueil > Positions > Analyses > 2008 > "Les femmes sont les premières victimes de l’émigration clandestine"

Par Faustine Vincent.

Propos recueillis par Faustine Vincent.

Fatoumata Barry, Malienne de 45 ans, vit à Didieni. Situé à 160 kilomètres de Bamako, ce village d’agriculteurs ne bénéficie ni d’eau courante ni d’électricité. Sans nouvelles depuis 2003 de son fils disparu en tentant de rejoindre l’Europe, Fatoumata Barry s’occupe aujourd’hui des femmes dont les enfants ou les parents ont émigré clandestinement. Active au sein de l’association Retour, Travail, Dignité, elle nous a expliqué pourquoi les femmes sont, à ses yeux, les premières victimes de cet exode.

Pour commander ce numéro du magazine axelle, contactez la rédaction :

axelle magazine
111, rue de la Poste - 1030 Bruxelles
Tel : 00 32 2 227 13 19
axellemag@viefeminine.be