logo home

Autres articles dans cette rubrique

recherche

Accueil > Nationale > Une > Une crise peut en cacher une autre !

7 mois après les élections législatives, nous sommes toujours sans gouvernement au niveau fédéral. Nous sommes non seulement inquiètes par ce vide, mais également par les échos qui nous parviennent des négociations en cours. S’il n’y a pas encore d’accord sur des dossiers précis, les différents partis se sont entendus sur les principes qui doivent guider toute décision ou transfert de compétences du fédéral vers les communautés ou les régions.

Ces principes visent notamment l’accroissement de l’autonomie financière des entités fédérées, la nécessité de ne pas appauvrir une région ou une communauté précise et de ne pas induire une concurrence déloyale entre entités, le maintien de la logique actuelle de l’impôt, le refinancement du fédéral et de Bruxelles, la réalisation de simulations chiffrées pour vérifier la pertinence des mesures proposées, etc.

Mais rien ne sert de chercher, aucun des 12 principes approuvés par les 7 partenaires autour de la table ne contient de référence à l’égalité de traitement entre hommes et femmes, que garantissent pourtant la Constitution belge et différents autres outils nationaux ou internationaux .

Prenons un des dossiers en discussion actuellement, celui des allocations familiales. Il y eu très tôt un consensus de la part des 7 partis pour que ce dossier soit transféré aux communautés. Qu’est-ce qui fait que le transfert de ce dossier - lié aux familles (et aux femmes)- fasse l’objet d’un consensus ? Qui va y perdre dans ce transfert ? L’impact de ce transfert sera-t-il identique pour les femmes et les hommes ? Comment les communautés vont-elles gérer ce dossier ? N’en profiteront-elles pas pour détourner une partie de l’enveloppe vers d’autres politiques ? Et dès lors, que deviendront les revendications de longues dates des organisations de femmes, notamment en ce qui concerne le relèvement des montants des allocations familiales ? Répondre à ces questions, c’est se rendre compte que les femmes risquent d’y perdre le plus dans l’aventure ! Et du coup, on s’étonne moins de voir l’unanimité des partis autour de ce dossier. Face à ces questions, les organisations de femmes se sont mobilisées dès le 24 décembre dernier autour d’une plate-forme pour les allocations familiales afin de faire entendre leurs inquiétudes et leurs revendications.

Lire la suite