Agenda

août 2019 :

juillet 2019 | septembre 2019

Aucun événement planifié.

Les activités dans votre région

L’accueil des personnes dépendantes

Dans notre imaginaire social, les femmes sont toujours les premières – et souvent les seules – responsables de la prise en charge des enfants, des personnes malades ou handicapées, des parents qui vieillissent, etc. L’accumulation de ces tâches et de ces rôles sociaux pénalise les femmes et peut occasionner une perte d’autonomie, de la culpabilité, des souffrances psychiques, un sentiment de dévalorisation ou des problèmes de santé.

 

Par exemple, une mère de jeunes enfants rencontrera plus de difficultés dans sa recherche d’emploi et risque davantage d’être sanctionnée par l’ONEM… Essentielle à la vie en société, cette prise en charge des personnes dépendantes devrait donc relever d’une responsabilité collective de toute la société.

Ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui et cette situation empêche les femmes d’accéder au même titre que les hommes à la plupart des droits économiques, sociaux et culturels. C’est pourquoi la Convention sur l’ Élimination de toutes les Discriminations à l’égard des Femmes estime que la protection de ces droits pour les femmes passe notamment par la création de services tels qu’un « réseau de garderies d’enfants » [1]. Or, en Fédération Wallonie-Bruxelles, seulement un enfant sur cinq a accès à une place d’accueil subventionnée [2]. Pour que les femmes puissent exercer leurs droits et leur liberté de choix en la matière, il devrait y avoir une place d’accueil pour chaque enfant qui naît. Et, tant qu’il faudra pallier au décalage entre les horaires scolaires et ceux du travail, des services d’accueil extrascolaire seront nécessaires. Leur qualité et leur accessibilité (financière notamment) sont essentielles.

Ces services jouent un rôle dans la garantie d’autres droits humains, notamment ceux des enfants eux-mêmes. L’accueil de l’enfance ne doit pas viser qu’une fonction économique, mais remplir également des fonctions éducatives et sociales : développement de toutes les habiletés de l’enfant, socialisation, prévention en santé, soutien et accompagnement social si nécessaire… Dans cette perspective, l’accueil peut être vu comme un véritable droit de l’enfant, en plus de celui des parents. Enfin, ce qui est vrai pour les enfants doit l’être également pour d’autres personnes qui nécessitent des soins particuliers. À cause du manque de solutions d’accueil et d’hébergement adaptées aux besoins des personnes et des familles, la situation des personnes handicapées adultes de grande dépendance et de leurs proches est tellement problématique que, récemment, une réclamation collective contre la Belgique a été déposée devant le Comité européen des droits sociaux par une série d’associations, dont Vie Féminine.

Quelques chiffres :
  • Les soins constituent le motif du crédit-temps à temps plein pour 70% des femmes et seulement 15% des hommes. [3]
  • ¾ des congés parentaux sont pris par les femmes. [4]
  • Par semaine, les femmes continuent à assumer en moyenne 10h de tâches domestiques en plus que les hommes et 1H45 de soins et d’éducation aux enfants. [5]

[1CEDAW, article 11.

[2Rapport annuel, Office National de l’Enfance (ONE), Bruxelles, 2010, p. 65.

[3Femmes et Hommes en Belgique. Statistiques et indicateurs de genre 2011, Bruxelles : Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes, p. 154.

[4Idem, p. 160.

[5Idem, p. 180.

2019 © Vie Féminine | caravelledesdroits@viefeminine.be | tél : 02 227 13 00 | Espace privé