Agenda

juin 2019 :

mai 2019 | juillet 2019

Aucun événement planifié.

Les activités dans votre région

Témoignages sur les violences

Témoignages sur les violences que certaines femmes subissent.

 

« J’ai quitté le domicile conjugal à Tubize pour faits de violences. Aujourd’hui, je vis à Charleroi, travaille à Tubize, m’occupe des enfants et je suis... fatiguée de faire valoir mes droits (comme la pension alimentaire...). On me prend pour celle qui ne pense qu’à réclamer de l’argent... Alors que je travaille dur tous les jours et que j’assume tout toute seule, malgré des problèmes de santé... Alors, je suis fatiguée... et je laisse tomber... »

« J’en ai marre, ma voisine se fait battre... J’ai appelé la police... et maintenant, elle m’en veut. Je ne sais pas ce que je peux faire. »

« Les 6 premiers mois, tout se passait plutôt bien. Quelques disputes, comme dans tous les couples.Ensuite, il a commencé à me parler agressivement, mais il s’excusait. Puis sont arrivées les critiques, j’étais une fainéante, je ne foutais rien de mes journées,…Il critiquait sans cesse ma famille, mes amies. Il fouillait mon GSM, mon facebook. Selon lui, mes amies étaient des profiteuses, des putes…et je devenais comme elles. Il a ensuite commencé à toujours crier voire hurler après moi.

Un matin, j’ai pris mon courage à deux mains, car j’avais fini par avoir réellement peur de lui. J’ai quitté l’appartement et je suis retournée vivre chez mes parents.
Il a commencé à me harceler, il envoyait des tas de SMS insultant, il essayait de me faire culpabiliser, je recevais jusqu’à 40 appels par jour. Il y est arrivé, j’étais sur le point d’y retourner. Jusqu’à ce dimanche soir où il est arrivé chez mes parents. Parce que j’ai « osé » sourire face à lui, il a commencé à me frapper. Je m’en suis assez bien sortie physiquement, beaucoup d’hématomes et une mâchoire déboîtée, grâce à mon papa et mon frère qui sont arrivés.
Une plainte avec certificat médical a été déposée suite à ses coups, des sms reçus de lui qui reconnaissait m’avoir frappée ont été montrés à la police. Aujourd’hui, il nie m’avoir frappée. Mais aucune suite, aucune aide ne m’ont été apportée. »

2019 © Vie Féminine | caravelledesdroits@viefeminine.be | tél : 02 227 13 00 | Espace privé