Agenda

mai 2019 :

avril 2019 | juin 2019

Aucun événement planifié.

Les activités dans votre région

Témoignages sur le droit au logement

De nombreuses femmes partagent leur expérience liée au droit au logement : découragement, insalubrité, refus des propriétaires, répercussions sur la santé... Le droit à un logement de qualité est loin d’être acquis pour toutes !

 

« Après le centre fermé, quelle libération d’arriver dans un logement de transit ! Même si rapidement, j’ai reçu un délai de trois mois pour trouver un nouveau logement, et ce avec peu d’accompagnement. Les conditions de logement en Belgique sont différentes de celles de mon pays, je me posais beaucoup de questions : Qu’est-ce qu’un bail ? Qu’est-ce qu’un logement conforme ? Comment fonctionnent les poubelles ?... »

« La loi Nollet en matière de logements sociaux a des effets pervers, notamment une plus grande difficulté pour les femmes seules avec enfants d’y avoir accès ». La directrice d’une société de logements publics

« Nous sommes quatre familles nombreuses à vivre dans le même immeuble. Nous partageons tous un seul WC et une douche, installés dans la cave… »

« Je me suis vu refuser un logement par un propriétaire qui prétextait que j’étais une femme seule. Qui allait se charger des petits travaux de l’habitation comme je suis une femme ? Comme si je n’étais pas capable de tenir un marteau…Oublie-t-il aussi que certains travaux incombent à sa propre responsabilité ? »

« Mon loyer est indexé chaque année à la date anniversaire du bail, mais ma situation professionnelle n’est pas stable : j’alterne emplois précaires et allocations de chômage. Mes revenus varient donc de mois en mois »

« Je me suis vu refuser plusieurs logements car j’étais seule avec mes enfants. Certains propriétaires n’hésitent pas à demander l’âge des enfants avant de refuser… »

« Je suis âgée et dans un logement social depuis des années, logement composé de deux chambres à coucher. On me demande de partir à presque 80 ans pour faire de la place pour une famille avec enfants. Ce qui peut être logique, mais à mon âge ? Pourquoi ne me l’a-t-on pas demandé plus tôt ? »

« Analphabète, je me suis engagée sans le savoir dans un bail de 3 ans. Je n’ai su lire le papier et j’ai fait confiance en mon propriétaire. Il me dit aujourd’hui que je dois rester dans le logement à moins de trouver quelqu’un d’autre qui le prenne. Mais je ne voudrais pas renseigner à mes amis ce logement dans lequel rien ne va ou presque, alors que faire ? »

« Je n’organise jamais de goûter d’anniversaire pour mes enfants, j’aimerais pourtant. Ils n’hésitent pas à me rappeler par ailleurs que les autres mamans le font. Comment leur expliquer que je tente de les protéger du jugement des autres, du regard ? Je culpabilise énormément. »

« Un logement inadapté et insalubre…j’y suis abonnée, mais faute d’autre chose de mieux je me contente de ce que j’ai. Malheureusement avec ça je suis de plus en plus isolée. Je n’ai plus aucune relation amicale, j’aurais bien honte de montrer dans quoi j’habite et je ne veux pas être celle qui se fait inviter et qui n’invite jamais. »

« Mon logement ne me permet aucune intimité. Je n’ai plus de vie affective depuis déjà longtemps. Suite à un divorce très pénible je me retrouve dans un tout petit logement sans beaucoup de commodités. Je partage ma chambre avec certains de mes enfants. Comment refaire ma vie dans de telles conditions ? »

« Après des crises d’asthme importantes et deux hospitalisations, le problème a été épinglé : mon logement. La solution proposée, déménager. Mais où ? Qui m’aidera ? »

2019 © Vie Féminine | caravelledesdroits@viefeminine.be | tél : 02 227 13 00 | Espace privé